Interview - Club des anciens de PWC
Archives Retour Accueil

L'interview de YANN QUEINNEC, reconverti dans la promotion de l'art dans le monde de l'entreprise.

Quel souvenir gardes-tu de ton passage chez PwC ?

PwC m'a permis de découvrir le fonctionnement d'un grand cabinet en pleine expansion territoriale pour accompagner ses clients. Ce fût une expérience humaine et professionnelle formidable qui m'a mené du Tchad où j'ai participé à la création du bureau de N'Djaména, au Cameroun puis en Guinée Equatoriale pour finir au bureau de Paris.

Peux-tu nous décrire les nouvelles aventures dans lesquelles tu es engagé aujourd'hui ?

Après sept années de conseil juridique et fiscal, j'ai décidé de me consacrer à ma passion, l'art. En dehors d'activités artistiques proprement dites j'ai rejoins la Toast Gallery qui m'a proposé de développer son activité auprès des entreprises. Il s'agit de proposer la création d'un environnement artistique dans les locaux des entreprises afin d'agrémenter le quotidien au bureau ou accompagner des événements précis (campagnes de communication, lancement de produits, etc.). L'art joue ici pleinement son rôle de mobilisateur d'énergies en créant un environnement propice aux échanges.

Comment ton implication dans l'art a-t-elle commencée ?

Je dessine et peints depuis tout jeune et pratique la vidéo. J'ai eu l'occasion de faire mes premières expériences d'événements artistiques au Cameroun où la communauté des plasticiens de Douala m'a adopté assez vite. Je jonglais entre mes activités de conseil juridique et fiscal le jour et d'artiste le soir et le week-end. Nous avons monté des événements qui ont eu un impact important dans les habitudes culturelles des Doualais. Le plus marquant fut Squat'Art qui consistait pour 25 artistes à investir un lieu abandonné dans un quartier populaire et y créer pendant 15 jours/15 nuits. Dès la première édition plus de 2000 personnes ont visité ce lieu. De retour en France, j'ai organisé une exposition à Paris l'été 2003 : "Cameroun Connections" où fut présenté le travail de 20 artistes de Douala et un petit documentaire de 25 minutes restituant mes expériences artistiques doualaises. Ce fut l'occasion inédite pour le public parisien de découvrir une véritable photographie de l'art contemporain au Cameroun. Parallèlement, dès 2002 j'ai proposé une chronique Art et Droit au rédacteur en chef du magazine "Art Aujourd'hui". Expérience intéressante de vulgarisation du droit de la propriété intellectuelle, en plein vent de réforme de la fiscalité du mécénat. Malheureusement, la presse de l'art n'est pas florissante et l'aventure "Art Aujourd'hui" a pris fin après un an. Cela m'a cependant permis de rencontrer autant des artistes que des acteurs du monde culturel parisien, d'interviewer le Ministre de la culture par exemple. Bref, de prendre des cours accélérés sur ce microcosme !

Et pourquoi la Toast gallery ?

J'avais en projet depuis longtemps de créer une galerie conviviale proposant de l'art contemporain à prix abordables, sans toutefois faire de concession sur la qualité des oeuvres présentées. Le jour où j'ai découvert la Toast Gallery elle m'est apparue comme la concrétisation fidèle de mon projet. Présentation en permanence dans la galerie d'environ 450 oeuvres d'une centaine d'artistes différents à des prix très attractifs ! C'est tout naturellement que j'ai accepté la proposition de Vincent Picandet et Alexandre Taisne, ses deux fondateurs, de développer leur activité auprès des entreprises.

Que proposez-vous concrètement aux entreprises ?

Nous proposons l’utilisation d’outils financiers traditionnels ( LOA par exemple ) pour financer la mise à disposition d’œuvres d’art. Nos formules plus souples et plus légères financièrement permettent aux entreprises d’agrémenter leur environnement d’un espace artistique sans grand effort financier. Vu l’impact bénéfique de ce type d’initiative sur l’image de l’entreprise auprès de ses collaborateurs et de ses visiteurs, l’investissement est très compétitif.

En effet, mais malgré tout, le passage à l'acte du côté des entreprises n'est pas si naturel, comment procédez-vous ?

C'est toute la difficulté de l'exercice. Il s'agit souvent de convaincre l'entreprise qu'investir dans l'aménagement artistique de ses locaux n'est ni futile, ni ruineux, l'important étant la qualité du produit et des services associés. Or, même si le site de la galerie est très bien fait (www.toastgallery.com), en matière d'art plastique rien ne vaut le contact physique avec l'oeuvre. C'est pourquoi depuis la rentrée nous avons développé une formule très novatrice : Toastinthecity. Il s'agit d'une exposition gratuite pour l'entreprise pendant un mois renouvelable une fois, de cent oeuvres de dix artistes différents de format unique (30 cm x 30 cm).

En quoi ton expérience chez PwC est utile dans tes nouvelles fonctions ?

J'ai appris à développer des relations à la fois professionnelles et conviviales avec les responsables d'entreprise, avec toujours en priorité d'apporter une valeur ajoutée justifiant les honoraires. Je m'efforce de reproduire ce schéma dans un domaine où toutes les parties prenantes sont gagnantes : l'entreprise, ses salariés, les artistes et la Toast Gallery.

Mais comment satisfaire tous les salariés d'une entreprise dans un domaine aussi subjectif que l'art ?

C'est un exercice délicat. Soit l'entreprise nous laisse procéder à la sélection des oeuvres et nous nous efforçons de proposer une grande variété de styles et de formats adaptés aux lieux. Soit le plus souvent la personne en charge des ressources humaines ou de la communication donne des lignes directrices que nous suivons et nous lui soumettons une sélection qu'elle valide. Mais depuis cette rentrée 2004, nous permettons à tout le personnel d'être impliqué dans le choix des oeuvres, grâce à une plateforme internet dédiée à l'entreprise mise en place sur note site www.toastgallery.com. Le personnel s'y connecte, procède à une sélection des oeuvres que nous compilons ensuite pour tenter de satisfaire tout le monde.

D'où vient cet enthousiasme pour promouvoir l'art contemporain en entreprise ?

J'ai eu la chance de faire de nombreuses expériences artistiques dans lesquelles j'ai souvent constaté à quel point l'art est rassembleur. Une exposition réussie agit comme une respiration. Les barrières entre les gens, sous toutes leurs formes, s'effacent. C'est à créer ces moments là que je consacre mon énergie.

C'est un discours un peu idéaliste non ?

Pas tant que ça ! Ce discours est conforté par l'expérience, les témoignages des salariés, des équipes dirigeantes pour qui l'association de l'art au monde de l'entreprise est devenue une évidence. Encore faut-il "désolenniser" le rapport à l'art et mobiliser les artistes, ce que Toast Gallery parvient à faire avec ses principes de fonctionnement.

Le lien avec le club des anciens ?

En dehors du plaisir de partager nos expériences professionnelles, j’espère pouvoir participer au développement de la section culturelle du club.

Un dernier mot ...

J'invite tous les anciens PwC qui seraient intéressés par nos services à visiter le site www.toastgallery.com , ou passer à la galerie située 3 rue de l'Estrapade - Paris 5ème. YANN QUEINNEC